we sign it - Ouvrons mieux les bibliothèques

Ouvrons mieux les bibliothèques

Bibliothèques : Ouvrir plus ou ouvrir mieux ?

Avant d’ouvrir le dimanche, le soir voire la nuit entière comme le proposent généreusement les initiateurs de la pétition Ouvrons Plus soutenu par Bibliothécaires Sans Frontières, donnons les moyens aux établissements de fonctionner normalement en semaine.

Avant d’ouvrir le dimanche ou le soir, les bibliothèques devraient déjà pouvoir fonctionner normalement en semaine.

Les bibliothèques municipales de France et de Navarre ne sont pas au mieux : sous-effectif, organisation du travail, action culturelle, politique documentaire, conditions matérielles… c’est par ces maux que les bibliothécaires décrivent leur quotidien sans être entendus par les élus et leur administration. Une crise existentielle partagée visiblement par toute la profession quelque soit la taille ou la couleur politique de leur commune d'exercice. On ne compte plus les fermetures de petites bibliothèques ou celle contrainte de réduire leurs horaires d’ouverture faute de moyens. Une véritable vague de contestation est à l'oeuvre dans les bibliothèques à Angers, Bordeaux, Lyon, Nantes ou Rennes, sans même parler de l’état du réseau parisien.

Les bibliothèques universitaires ne s’en portent pas mieux et la Bibliothèque Nationale de France est victime depuis plusieurs années d’une marchandisation qui se fait au détriment des collections et des services.

 C’est dans ce contexte qu’est lancé un appel par Bibliothèques Sans Frontières pour ouvrir les bibliothèques le dimanche, le soir et même la nuit. « Les horaires des bibliothèques en France sont insuffisants et inadaptés » clament les signataires. Vu l’état dans lequel les politiques publiques ont plombé les bibliothèques, on ne peut qu’être d’accord ! Dommage que nos élites intellectuelles ne se soient pas mobilisées plus tôt et ne prennent le problème que par le petit bout de la lorgnette des perpétuelles comparaisons avec les autres pays !

« J'y suis favorable » renchérit pour sa part la ministre de la culture, Aurélie Filipetti, « mais dans des bonnes conditions sociales. Nos élus pointent toutefois « la difficulté des négociations avec les personnels ». Et on pourrait ajouter : la difficulté des négociations avec les Ressources Humaines et les Finances puisqu’en cette période de contraintes budgétaires et de réduction du nombre de fonctionnaires, la logique est plutôt aux économies !

Face à cette initiative faussement généreuse et hautement démagogique nous proposons de rappeler aux élus et aux citoyens les conditions de précarité dans lesquelles les bibliothèques oeuvrent aujourd'hui et les mesures qui s'imposent pour continuer leurs missions. Ouvrir plus largement les horaires des bibliothèques n'est pas, loin de là, le seul moyen de répondre à la politique de lecture publique. Professionnels et lecteurs, élus et décideurs, emparons-nous de ce débat pour construire ensemble un projet ambitieux pour les bibliothèques, qu'elles dépendent des communes, de l'état ou des universités !

Le texte complet sur SocialNecMergitur 

Signer

Diffusez auprès de votre entourage